Notre collègue et ami Alain Guyot nous a quittés le 24 janvier 2014 après une longue maladie.

Diplômé de l'Istom, Alain avait commencé sa carrière à l'IFAC, devenu par la suite l'IRFA, puis l'avait poursuivie au CIRAD. C'est principalement au service de l'Afrique, notamment de la Côte d'Ivoire, mais aussi des Antilles et en Métropole qu'Alain exerça avec talent ses compétences, reconnues, dans les divers domaines de la recherche fruitière.

Chère Anne,

Il y a trois semaines à votre domicile nous regardions ensemble un reportage filmé à Madagascar et réalisé en août dernier à l’initiative de l’une de vos petites-filles Astrid. Or ce pays de ma première affectation Outre-Mer il y a cinquante ans, je venais précisément de le revisiter. Le document à vocation humanitaire et solidaire réveillait chez vous une fierté non dissimulée puisqu’il enclenchait l’heure de la relève générationnelle.

Nous venons d'apprendre le décès de Louis Stessels, le 26 juin 2013, à l'âge de 79 ans.
Louis Stessels a débuté son parcours professionnel à l'Irho, puis a rejoint l'IFCC. Il a passé plusieurs années outre-mer, à Madagascar, en Côte d'Ivoire, entrecoupées de nombreuses missions d'expertises dans les pays du Sud et de séjours à Montpellier, dans le service de chimie-technologie du département Ircc du Cirad.

Message du président directeur général du Cirad

Nous avons appris avec une profonde tristesse le décès, survenu le 2 juin 2013, d'André Berkaloff.

Spécialiste de renommée internationale en biologie et physiologie cellulaire, virologiste et professeur de biologie végétale à l'Université ParisXI-Orsay, animateur de l'institut de microbiologie d'Orsay, André Berkaloff a joué, depuis le début des années 1970, un rôle crucial dans l'évolution de la recherche en Sciences de la Vie dans notre Pays.

Jacky nous a quittés le 4 février 2013. Nous étions nombreux à connaître son dévouement absolu aux valeurs portées par le CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et son engagement à faire progresser sans relâche la connaissance des filières horticoles. Il est l’une des grandes références scientifiques dans le monde de la banane, notamment en matière de physiologie du bananier, diversité variétale, lutte contre les cercosporioses, création variétale et amélioration de la qualité. A travers ses réalisations, il a soutenu et fait progresser la filière antillaise, mais aussi africaine, sans omettre son apport aux productions locales de plantains dans de nombreux pays du monde.

Message du président directeur général du Cirad

Notre collègue et ami Anselme Vilardebo nous a quitté le 22 avril 2013 à l'âge de 90 ans.

Anselme Vilardebo avait commencé sa carrière en Guinée sur la station IFAC (ancêtre de l'IRFA, puis du FLHOR) de Foulaya. Il était le pionnier des études sur les insectes et nématodes ravageurs et parasites des cultures fruitières, en particulier ananas, banane et agrumes, travaux qui lui ont valu une solide réputation internationale.

Jean Kilian, agronome, naturaliste et peintre

autoportrait kilianNé en août 1929 à Montpellier, Jean Kilian nous a quitté fin septembre 2011. Il a fait ses études d’ingénieur agronome entre 1951 et 1954, du temps où l’école de Maison Carrée à Alger avait grande réputation et formait les cadres de notre agriculture coloniale. Il a aussi passé une licence à l’université.
​Après un passage de quatre ans dans un service d’hydraulique en Algérie, il est entré à l’Irat et s’est retrouvé en poste à Madagascar pendant sept ans. Il faut augmenter la productivité des terres et pour cela les étudier. Jean devient pédologue, inventorie les ressources et dresse des cartes. Il apprend à deviner quelles terres se cachent sous telle forêt ou sous telle colline. Ainsi se passionne-t-il pour la lecture du paysage. Il regagne Nogent-sur-Marne à la fin de 1969 et devient chef du service de cartographie. En 1974, lors de la décentralisation de l’Irat à Montpellier, il prend la responsabilité du programme « Connaissance et amélioration du milieu physique ». A partir de 1984, il y développe la télédétection avec des travaux novateurs. Des Etats-Unis jusqu’au Japon en passant par tous les pays d’Afrique francophone, il multiplie les missions de consultance. Ses nombreuses publications montrent qu’il a exploré plus de 20 contrées. On l’appelle aussi pour faire des cours dans les écoles d’agronomie de Montpellier, Rennes, Toulouse...
En 1982, il est le premier Ciradien élu à l’Académie des sciences et de lettres de Montpellier. Il fuyait les honneurs mais avait accepté de devenir officier du Mérite agricole.
Retraité en 1991, il survole l’arrière pays languedocien en ULM pour prendre des photos aériennes dans l’espoir d’en tirer une sorte d’atlas pour le grand public. Il se consacre alors entièrement à la peinture, son second métier, comme il avait à cœur de le rappeler. C’est la peinture d'un naturaliste épris de nature qui connait un succès grandissant au fil des années.
Homme de caractère et de conviction, doué d'un réel sens des relations humaines, Jean Kilian a toujours été très apprécié de sa hiérarchie, de ses collaborateurs, de ses partenaires et interlocuteurs du Sud.