Nous avons appris avec tristesse le décès de notre ancien collègue Michel Crétenet, survenu le 22 avril dernier.

Michel est issu de la promotion 1972 de l’INA PG. Après une année de spécialisation en pédologie à l'Ensam, il bénéficie d'une bourse de 6 ans auprès de l'Institut de Recherche du Coton et des Textiles exotiques (IRCT).


Cretenet 2007En 1973, il est affecté au Togo sur la station de recherche d'Anié Mono, comme chercheur responsable de la section agronomie, travaillant en équipe avec son homologue togolais et en relation avec la Société Cotonnière Togolaise (Sotoco). Il y conduit entre autres des recherches
sur l’efficience des phosphates naturels du Togo et sur la question des carences potassiques des « terres de barre » au Sud du pays.

En 1979, il part en famille par la route pour le Mali pour une affectation sur la Station de N'Tarla, dans un contexte d'isolement important. Responsable de la section agronomie des recherches
cotonnières avec son homologue malien, il y travaille en partenariat avec la Compagnie Malienne de Développement des Textiles (CMDT) sur la question des trajectoires d'exploitations et du passage de la culture attelée à la motorisation intermédiaire, et également sur la question de l'entretien de la fertilité des sols et de ses liens avec l’intensification des systèmes de culture.

En 1981, Michel est affecté à Bobo Dioulasso pour une campagne agricole avant de rejoindre en 1982 la station de recherche de Bouaké en Côte d'Ivoire, à l'époque la plus importante de l'IRCT. Cette affectation lui permet de travailler en étroite relation avec des collègues chercheurs d'autres disciplines sur des dispositifs communs avec des résultats très intéressants sur les interactions génotype x environnement x itinéraires techniques, avec comme produit une aide à la décision pour l’itinéraire technique en culture cotonnière sous forme de grilles de recommandations.

En 1986, Michel est nommé à la direction de la division agronomie de l’IRCT, avec un rôle d’animation scientifique et de coordination de programmes de recherche en agronomie d’une trentaine de chercheurs avec de nombreuses missions en Afrique de l’Ouest, du Centre et de l’Est. En
1988, il rejoint Montpellier comme directeur de la division d'agronomie de l'IRCT. A la disparition de l'IRCT en 1992, il est nommé adjoint du responsable de l’UR Systèmes de Culture du Cirad-CA, puis responsable de cette UR en 1994.

Durant la période 1988-1998, Michel réalise de nombreuses missions en Afrique, en Asie et en Amérique latine et porte un projet européen intitulé « Development of an interactive system for cotton production in tropical conditions », dont le modèle COTONS (version « tropicalisée »
du modèle américain GOSSYM) est l’un des produits. En 1998, Michel devient responsable de l’équipe « Agronomie et Aide à la Décision ». Il conduit des travaux sur le couplage du modèle COTONS avec le modèle de dégâts d’insectes SIMBAD et construit un générateur d’expérimentations
multilocales d’itinéraires techniques par le couplage du modèle avec un système d’information géographique comportant un fond de carte pédologique associé à une base de données climatiques.

A partir de 2003, Michel concentre ses recherches dans deux domaines : d’une part la fertilité du sol et son évolution dans les systèmes de culture à base de coton de l’Afrique sub-saharienne et d’autre part les interactions génotype x environnement x itinéraires techniques, avec un cadre d’analyse agro-physiologique. En 2008, il est affecté dans la nouvelle UR Systèmes de Culture Annuels et assure la fonction de correspondant de la filière coton. Pour l’une de ses dernières activités
de partage de connaissances, Michel a été l’initiateur et l’animateur de la rédaction de l’ouvrage « Le cotonnier », paru aux éditions Quaé, et a pour cela fédéré tous ses collègues des disciplines de recherche concernées.

Michel a fait valoir ses droits à la retraite en 2014 et est retourné s’installer dans le Charollais, sa région d’origine, celle de son père Silvère, lui-même agronome reconnu de l’IRCT.

Aux personnes qui l’ont connu et ont eu la chance de travailler à ses côtés, Michel laisse le souvenir d’un homme de terrain, passionné par son métier d’agronome, toujours prêt à partager son expérience et son savoir. D'une grande gentillesse, il était discret, humble, généreux et plein d’humour. Toujours à l'écoute des autres, engagé syndicalement, il se battait contre toutes les injustices, restant fidèle à ses engagements altruistes et opposé à la compétition.

Le Cirad s’associe au deuil et à la tristesse de ses filles, de ses petits-enfants et de sa famille, et salue la mémoire d’un agronome humaniste, au service du développement des petits producteurs des pays
du Sud. Ses obsèques ont eu lieu ce 28 avril. Selon la formule africaine, « Que la terre lui soit légère ».


Elisabeth Claverie de Saint Martin
Présidente directrice générale du Cirad