Gérard Courtin

C'est avec une grande tristesse que je vous annonce le décès de notre collègue et ami Gérard Courtin, survenu dans sa 73ème année.

En 1969, Gérard, originaire de la région d'Orléans, débute sa carrière à 21 ans en Côte d'Ivoire dans le secteur privé chez "Hamelle Afrique" à Abidjan en qualité de technico-commercial (matériel et équipement agricole et industriel) en rayonnant sur toute la sous-région.

Quelques années plus tard, il est recruté par l'IEMVT au CRZ (Centre de Recherches Zootechniques) de Bouaké Minankro. Il assure l'ensemble de la logistique de la station. Outre la construction de laboratoires, il créé la première laiterie de Côte d'Ivoire, dans la continuité des recherches conduites sur les croisements de vaches N'Dama et Jersaises.

C'est en 1973 qu'il rencontre Nadette, son épouse, à Bouaké et qu'il y fonde sa famille avec l'arrivée de trois enfants à qui il aura réussi à transmettre l'attachement de l'Afrique puisque deux d'entre eux sont maintenant agents de l'IRD : David, chargé de recherche et Représentant correspondant au Noguchi Memorial Institute For Medical Research à l'université du Ghana et Fabrice, Représentant délégué de l'IRD au Burkina Faso.

Il rejoint ensuite en 1981 l'Institut des Savanes (IDESSA), Institut ivoirien qui regroupe les anciennes stations de recherche des instituts qui ont précédé le Cirad à Bouaké  et s'installe sur la station cotonnière de l’ancien IRCT. A l'IDESSA, il s'occupera de l'ensemble de la logistique (foncier, immobilier et matériel). Il sera ainsi l'homme-orchestre de cette station qui comprend aussi une ferme expérimentale au Foro-Foro. Il y restera jusqu'en 1994, date de son retour en France.

Outre son métier de logisticien, il a aussi participé à l'élaboration de tous les appels d'offre internationaux, notamment de la Banque Mondiale et du FED, pour les constructions de bâtiments, laboratoires, installations, matériel agricoles et véhicules.

Amoureux de nature et de découvertes de nouveaux espaces, passionné de pêche, de chasse et de sorties en brousse, après autant d'années passées dans cette région, il la connaissait par cœur et était connu dans tous les villages. C'était une période où les expatriés restaient souvent très longtemps dans la même affectation et la station de Bouaké détient des records dans ce domaine, avec des séjours pour certains de plus de 20 ans.

Après plus de 25 ans en Afrique, il rentre alors en France et s'installe à Maison Alfort pour préparer, suite à la politique de délocalisation,  le déménagement de l'IEMVT à Montpellier sur le nouveau site de Baillarguet. Certains se rappellent encore le réveillon de l'an 2000 ainsi que la semaine suivante passée à Paris pour nettoyer le site de Nogent suite à la tempête de décembre 1999 !!

Jusqu'à sa retraite en 2010, c'est à Montpellier qu'il va passer la seconde tranche de sa carrière, il intègre la DITAM et en devient son Directeur adjoint en assurant la logistique des sites montpelliérains. La aussi, il sera pour les chercheurs, les techniciens et les étudiants le faiseur de solutions, toujours à l'écoute, d'une grande patience, face aux multiples demandes particulières, pour tel ou tel projet de recherche, que ce soit pour aménager un nouveau laboratoire, pour élever des criquets ou pour faire fonctionner le laboratoire P3, ou alors pour la maintenance opérationnelle des nombreuses serres.

En plus de ses fonctions, il a assuré des missions d'expertise et d’appui aux partenaires en particulier au Tchad pour la capture d'animaux sauvages avec le Dr P. Chardonnet, et au Vietnam à Hanoï pour la création d'un laboratoire P3.

Après sa retraite, il a suivi son épouse enseignante à Mayotte et en Guyane avant de se poser enfin à Saint-Gély du Fesc.

C'est grâce à Gérard et à toute son équipe, que de nombreux programmes de recherche sur Montpellier ont pu être couronnés de succès. Sans plateau technique et installations en bon état et fonctionnelles, les résultats et les publications ne peuvent pas sortir. Les chercheurs le savent et le reconnaissent. La recherche se fait en équipe, et il en était un maillon indispensable. Ses qualités humaines, sa joie de vivre et de découvrir, sa patience extraordinaire, et surtout avec une canne à pêche à la main étaient reconnues de tous. Gérard faisait partie de ces amoureux de la vie et de la nature, avec un gros pied en Afrique et un petit en France !!

Nos pensées amicales et solidaires pour saluer sa mémoire s'adressent à sa famille et notamment son épouse Nadette, leurs enfants David, Fabrice, Maylis et leurs 5 petits-enfants.

Les obsèques se dérouleront le vendredi 21 mai à 13 heures au funérarium de Saint-Gély, route de Prades.

Michel Eddi