Dany Griffon

Les funérailles de notre collègue et regretté ami Dany Griffon ont eu lieu vendredi 5 février 2021 à La chapelle Saint Marc de Juvignac. La chanson de Brassens « L’auvergnat » nous a rappelé en introduction sa naissance. Un prêtre malgache a officié avec beaucoup de simplicité. Beaucoup de ferveur et d’émotion aussi ; notamment quand les 4 petits enfants (16, 8, 6, 3 ans) ont déposé une bougie sur le cercueil. À l’issue de la cérémonie toute simple, en souvenir de Dany, sur le parvis de l’église, sous un temps gris, un peu de bière a été servie et les membres de l’assistance ont pu échanger leurs souvenirs.

                                                                                                                          Jean-Paul Hébert

 

Message du Pdg du Cirad

 

danygriffonDany incarnait une partie de l’histoire du Gerdat/Cirad

Ingénieur de l’école de brasserie de Nancy (aujourd’hui Ensaia), il est arrivé à Montpellier en 1977 après 7 ans de coopération militaire puis civile à Lubumbashi (ex Élisabethville) au Katanga province de la République démocratique du Congo (RDC). Sa mission : créer une école sans murs et sans professeurs ! L’aventure de la Siarc (Section Ingénieur Agroalimentaire pour les régions Chaudes) commençait.

Deux précurseurs avaient rêvé d’unir la toute jeune filière d’ingénieurs agroalimentaires de l’université de Montpellier avec la bien établie Ensaia (Massy, Douai) pour former les cadres des industries agroalimentaires des régions chaudes en s’appuyant sur une structure de recherches, le Gerdat : leurs noms Jean-Michel Clément et Hervé Bichat. Dany, avec l’appui de Louis Malassis, alors directeur de l’IAMM, réussissait ce challenge. En 1979, Jean-Paul Hébert, enseignant de la chaire de brasserie de Douai, venait le rejoindre à Montpellier pour conforter la Siarc : un duo inséparable pendant plus de 40 ans s’est alors constitué.

Dany est alors rentré au Ceemat et devenait un pionnier, un fédérateur, un animateur pour développer la filière agroalimentaire du Gerdat. Toute une génération d’ingénieurs, de chercheurs doit beaucoup à Dany Griffon puisqu’il est à base de la construction, en 1986, de la halle de technologie et, dans sa continuité, de la Maison de la technologie. Parallèlement, il reprenait les résultats de ses recherches au Zaïre en les complétant par une étude transversale des technologies autochtones pour présenter une thèse à l’université de Nancy. Sa contribution à l’étude des alternatives technologiques de saccharification enzymatique des substrats amylacés tropicaux en 1985 restera confidentielle avant de rejaillir vers les années 2010, ce qui lui vaudra une reconnaissance dans le milieu brassicole.

Dany a poursuivi sa carrière en associant les industriels au travers d’une association locale, Gridamet, qui sera le germe de notre unité de recherche « QualiSud ». Homme clé pour l’organisation des recherches, fort de son expérience au sein des départements liés à l’agroalimentaire, il est alors chargé d’une mission transversale pour instaurer une démarche qualité au sein du Cirad.

À la retraite avec son collègue Hébert, il est de nouveau pionnier en publiant en 2010 chez la nouvelle société d’édition Quae un ouvrage : « Toutes les bières moussent elles ? » Une nouvelle mouture de 2019 sera élue 1er best in the world en mars 2020 par une www.bookcookfair.com

Dany : un homme de conviction aux qualités humaines incomparables.
Toute sa vie Dany a été un fidèle serviteur du Cirad en veillant à développer des contacts avec des partenaires extérieurs. Sa proximité avec les enseignants a aussi permis le développement de formations agroalimentaires basées sur les concepts du génie industriel alimentaire. Sa proximité avec les industriels, la reconnaissance du milieu brassicole ont fait de lui un bel ambassadeur du Cirad, de ses valeurs et de sa mission.

Sous des airs tranquilles et souriants, Dany était un homme de conviction et d’opiniâtreté. Il savait porter et défendre ses projets avec la volonté de convaincre et d’expliquer. Disponible et altruiste, il inspirait le respect et l’affection amicale de tous. Tous ceux qui ont eu la chance de travailler avec lui, lui reconnaissent des qualités humaines incomparables. Fort de ces grandes qualités humaines, il s’est investi dans la fin de sa carrière dans le développement de l’évaluation et de l’assurance qualité des processus. Le Cirad lui doit beaucoup et il restera, pour tous ceux qui l’ont connu, un collègue de travail que l’on n’oublie pas. Au nom du Cirad, je présente à sa famille et à ses proches, nos plus sincères condoléances et notre soutien dans l’épreuve qu’ils traversent. 

Michel Eddi
 
Voici un article d’un journaliste brassicole publié sur les réseaux sociaux
https://biere-actu.fr/disparition-de-lingenieur-brasseur-dany-griffon/


You have no rights to post comments