René Lecoustre

Lundi 4 janvier 2021

Chères collègues, chers collègues,

C’est avec une immense tristesse que je vous annonce le décès de notre collègue et ami René Lecoustre survenu dans sa 70ème année.

lecoustre1Titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Ecole Nationale Agronomique de Montpellier, René rejoint l’IRHO en Côte d’Ivoire en 1977 en tant qu’entomologiste. Il y fait la rencontre de Philippe de Reffye à Bingerville. Grâce à son pouvoir de conviction, il implique ce dernier dans son projet de thèse sur la modélisation des interactions palmiers-insectes ravageurs. Ses travaux, menés au sein des plantations de l’IRHO en dehors de tout contact académique, seront considérés comme pionniers par le rapporteur de sa thèse, un expert en lutte biologique du CNRS. C’est toujours en accompagnant scientifiquement Philippe de Reffye que René Lecoustre deviendra un des pionniers et un des piliers de la construction de l'Atelier de Modélisation de l'Architecture des Plantes (Amap) au sein du département Gerdat du Cirad, à la fin des années 80. Cette belle aventure fut à la base de la création de l’UMR Amap devenue une unité interdisciplinaire de référence associant, auprès du Cirad, l’IRD, l’INRAE, le CNRS et l’université de Montpellier. 

René était un agronome né avec un sens très affuté des choses de la nature et de leur observation, avec toujours une idée neuve pour résoudre une nouvelle énigme botanique ou agronomique. Il était de ces experts généralistes ingénieux, qui sont des puits de connaissances et qu'on va consulter lorsque les spécialistes ont rendu leur tablier face à un problème complexe ou pour résoudre tout sujet saugrenu. Sa créativité innée et son instinct de "bricoleur" ont fait de lui un orfèvre et un véritable artiste de réalisation des premières architectures de plantes simulées et représentées en 3D sur ordinateur de façon très réaliste.

Après sa rencontre avec l’architecte paysagiste Philippe Thebaut, il a été sensibilisé aux besoins des architectes de posséder une base végétale pour habiller les projets d’urbanisme et de paysagisme au côté des bâtis. De nombreux projets en Europe, Asie, Afrique, ont été réalisés en utilisant les flores locales spécialement modélisées par René (plus de 600 plantes de tous les continents). Le talent de René était extraordinaire ; sa collection synthétisée des bégonias de Rochefort est une pure merveille. Avec Hervé Rey, un autre collègue agronome Cirad d’Amap, ils ont conçu une magnifique collection 3D sur les palmiers dattiers au Maghreb.

Nous lui devons une partie de la reconnaissance de l’unité Amap par le monde scientifique, qui - souvent sceptique au début devant ces agronomes, informaticiens et botanistes qui parlaient d'architecture des plantes, de modèles de croissance et qui faisaient pousser des plantes virtuelles - a très vite été convaincu par la pertinence de ces approches pour la recherche.
René avait de nombreuses autres compétences. Il aurait pu être un excellent chef cuisinier, un maçon (il a construit la moitié de sa maison…), un charcutier (il avait, en Côte d’Ivoire avec sa femme Mariem, créé une porcherie), un guide de chasse (il chassait à l’arc !), un artiste peintre. Il était aussi photographe d’art et amateur de portraits africains.

On retiendra également de René son caractère parfois fantasque qui faisait rire ou désarçonnait, mais surtout une grande gentillesse et une extrême générosité qu'il tentait souvent de dissimuler derrière de frêles (même si souvent franches et réelles !) barricades de bougonnerie. Toutes les personnes qui ont connu René auront été marquées par ses innombrables anecdotes dont il avait souvent été l'acteur principal dans sa vie aussi riche que parfois tourmentées que ce soit en France ou dans cette Afrique qu'il adorait tant et où il a passé une dizaine d’années.

René était une "figure" d'Amap mais aussi une "figure" tout court ; érudit, scientifique, artiste, artisan, excellent compagnon de fortune et d’infortune, toujours imprévisible, il faisait surtout partie de ces personnages attachants qu'on ne peut pas oublier une fois qu'on a croisé leur route. Il nous a quitté sans avoir beaucoup profité d’une retraite méritée prise au printemps 2016. Il va beaucoup nous manquer.

Nos pensées attristées et solidaires vont à sa famille et à ses amis, nombreux au Cirad et en dehors. 

                                                                                                                                                                                                                                                                                  Michel Eddi                                                                                                                                                                                                                                                Pdg du Cirad

 


You have no rights to post comments