Jean-Claude Bergonzini

Jean-Claude Bergonzini est décédé le 9 février 2020. Né en 1940, docteur en mathématiques, Jean-Claude Bergonzini a enseigné à l’Ina (Institut national agronomique) à Paris, puis à l’Enita (Ecole nationale d’ingénieurs des travaux agricoles) de Dijon, avant de rejoindre le Centre technique forestier tropical en 1981 où il a assuré pendant de nombreuses années la responsabilité de chef du service biométrie à Nogent sur Marne.


Mathématicien de formation, Jean-Claude Bergonzini était à la fois intéressé par l’outil expérimental (auteur d’un ouvrage sur l’analyse et la planification des expériences), l’objet (l’arbre et les peuplements forestiers, ouvrage sur les forêts tropicales avec Jean-Paul Lanly) et les acteurs (recueil de souvenirs Vivre et travailler en forêt tropicale). Nommé directeur scientifique du Cirad-Forêt en 1992, il a accompagné les différentes réformes structurelles de l’ex-Centre Technique Forestier Tropical (CTFT) et a joué un rôle important dans la définition des orientations et l’évolution des méthodes de la recherche forestière tropicale au Cirad-Forêt. Au cours de ses fréquentes missions d’appui, il a su transmettre son enthousiasme et sa rigueur expérimentale, non dénuée d’une certaine dose de poésie et d’humour. Il a en particulier accompagné de nombreux ingénieurs, du Cirad comme des organisations partenaires, en particulier africaines, dans la préparation et la réalisation de leur thèse sur ses sujets de prédilection, l’aménagement des forêts naturelles et les plantations forestières, en y intégrant la rigueur des analyses statistiques et de la biométrie. Il a ensuite apporté, jusqu’en 2005, ses compétences à la direction à la recherche scientifique du Cirad comme au GIP Ecofor (Ecosystèmes forestiers). Il s’était fortement impliqué dans le partenariat et la diffusion de l’information forestière, au sein de l’association Silva et du RIAT (Réseau international des arbres tropicaux). Il avait poursuivi ces activités au sein de l’AFT (Association des forestiers tropicaux et d’Afrique du Nord), en contribuant à la publication des Feuilles du flamboyant et d’ouvrages de témoignages sur la vie des forestiers en Afrique.

Fidèle dans ses amitiés, curieux de tout, des hommes, des sciences, de la vie en général, poète et dessinateur, métier qu’il avait enfant rêvé d’exercer, Jean Claude Bergonzini savait également manier l’humour et l’ironie. Il laisse à ses proches et à une génération de forestiers tropicaux le souvenir d’un esprit indépendant et passionné, d’un homme généreux et aimant la vie, ainsi que le sentiment d’avoir perdu un ami et un compagnon. Nous présentons toutes nos condoléances à son épouse Françoise et à son fils, et les assurons du soutien des collègues et amis du Cirad dans ces douloureuses circonstances.