Extrait du Bulletin d'Information et de liaison de l'IRAT
2ème trimestre 1984
 
Nous avions décidé de passer la journée loin du bruit et des gens, dans un coin reculé près du fleuve Sénégal.

Après avoir quitté la route peu après Saint-Louis au Nord-est, nous empruntâmes un chemin, relativement carrossable au début, mais qui plus loin semblait mener nulle part et partout, en s'évanouissant par endroit pour reparaître en plusieurs directions...
Nous nous reposions à l'ombre vitale d'un des rares bouquets d'arbres de cette zone après un délicieux repas de pique-nique.

Que nous soyons agnostiques, catholiques ou d'une autre religion, les curés de nos paroisses en Afrique ont toujours participé de près ou de loin, à notre vie sociale. Nous leur sommes redevables de nos baptêmes, communions, mariages, voire obsèques ! Les religieuses aussi nous furent – ou nous sont encore – proches, toutes dévouées à leur vocation sociale pour l'école et la santé, ou simplement recherchées pour leur connaissance du milieu local. Il est juste de se souvenir d'elles et d'eux, d'honorer leur mémoire, ou de rappeler qu’ils ou qu’elles sont peut-être toujours à l’œuvre. Nous l'avons déjà fait pour soeur Chantal au Sénégal, pour sœur Thérèse au Cameroun. Nous continuons ici avec le Père Durand qui a œuvré parmi l’ethnie sérère au Sénégal.