La brève et amusante anecdote que nous donne ici notre ami Philippe Bruno de Miré, l’amène à une réflexion sur les mécanismes de l'évolution que présentent les théories de Darwin et de Lamarck. C'est pour notre collègue, l'occasion de rappeler l'antériorité des idées de notre compatriote Lamarck et finalement leur modernité. En effet, l'épigénétiste commence à lui rendre justice. Nous nous rendons compte aujourd’hui que face à des modifications de milieu, des espèces ont la capacité de réagir par des modifications du profil d'expression de leurs gènes. Les modifications phénotypiques qui s'ensuivent sont partiellement transmissibles et fixables. Le milieu est remis au centre du jeu. Ce n'est pas qu'un simple cadre de compétition entre individus et de sélection des plus forts bien qu'à l'échelle humaine il en soit toujours question.
Cliquer sur l'image ci-dessous pour lire l'article
Madame de Cuverville