Présentation d’ouvrage par Georges Raymond

Rendre possible
Jacques Weber, itinéraire d’un économiste passe-frontières

Meriem Bouamrane, Martine Antona, Robert Barbault,
Marie-Christine Cormier-Salem

Editions Quae, IRD, NSS
collection Indisciplines

Juin 2013, 302 pages

 

Provocateur, visionnaire, pédagogue, l’économiste et anthropologue Jacques Weber, nous a quittés ce 6 mars. L’ouvrage Rendre possible. Jacques Weber, itinéraire d’un économiste passe-frontières lui rend hommage. Il compile quelques-uns de ses articles et leur relecture par des confrères, enrichis de témoignages.

 Ce livre a été réalisé à partir de onze articles, les plus marquants ou plus dérangeants de Jacques Weber. Une quarantaine d’auteurs ont participé à ce témoignage, chacun présente des thèmes de recherche mais aussi des anecdotes suite à leur rencontre avec « Le grand moustachu ». Ces différents articles sont répartis en quatre thèmes :

Economie et développement des pêches : « Vous les biologistes, vous expliquez la pêche à travers les yeux du poisson, nous les socio-économistes c’est à travers les yeux du pêcheur. » (Sénégal). Avec l’exemple du « muskwari » (sorgho repiqué de saison sèche au nord Cameroun), il nous montre la rationalité technique et réalisme du paysan. Il explique comment les projets de développement devraient être des projets d’accompagnement, soit une approche radicalement différente
Modes d’appropriation et de la gestion des ressources : Les discussions et réflexions sur les recherches sur l’environnement ont retenu l’intitulé Méthodes, modèle et théorie sur la recherche sur l’environnement (MMT). Ainsi est créée (vers 1990) l’unité Green (Gestion des ressources renouvelables, environnement) au Cirad. Sa manière d’aborder la recherche est bien illustrée par le bon mot Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant.
Modèles méthodes et outils : Ses contributions ont ouvert la voie à des recherches innovantes.
Valeurs de la nature et nature des valeurs : Son intervention a permis d’identifier les rôles de la biodiversité.
 
Les quatre parties de ce livre montre la diversité des travaux de Jacques Weber.

Ceux qui l’ont connu, à l’Orstom, l’Ifremer, au Cirad, et ailleurs, ou qui sont intéressés par les points évoqués ci-dessus, découvriront avec plaisir cet ouvrage.

Jacques Weber est né au Cameroun, un Cameroun cher à son cœur qui revient régulièrement dans ses présentations. Chercheur, il a dirigé des équipes de recherche scientifique dans le domaine des ressources renouvelables et de la biodiversité jusqu’en octobre 2011 (date de sa retraite). Il fut chargé de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris. Il a en particulier dirigé l’Institut français de la biodiversité de 2003 à 2007, puis participé à la création de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (avec la participation aussi des entreprises et des associations, soit une nouvelle approche).

Jacques Weber est un chercheur original et même « indiscipliné » comme l’expliquent les auteurs de ce livre. Provocateur, visionnaire, pédagogue, tel est Jacques Weber, économiste et anthropologue, qui a su fédérer de nombreuses disciplines et, par ses travaux sur les modes d’appropriation de la nature, la gestion des ressources renouvelables et la biodiversité, tracer des pistes innovantes sur les grandes questions du XXIe siècle. Jacques Weber est aussi connu pour ses nombreuses anecdotes, proverbes, citations et références qui sont le « cœur » du texte (Georges Bataille, François Rabelais, Pierre Dac, Pierre Desproges…).