Editorial

Anciens du Cirad, rassemblons-nous !
En réponse aux événements tragiques vécus en France ces derniers mois, on a entendu le plus souvent des appels au rassemblement de nos concitoyens. Dans un registre plus heureux, je formule aussi dans cet édito un appel aux anciens du Cirad à se rassembler le 16 décembre de cette année sur le campus de la Valette à Montpellier pour vivre ensemble une journée conviviale de partage entre anciens et d’échange entre anciens et le Cirad.

Editorial

C’est la première lettre 2016 de l’Adac, aussi je formule tardivement mes meilleurs voeux à l’intention de notre amicale et de tous ses adhérents. Que cette année 2016 ne soit pas ternie à nouveau par des événements tragiques dont ont été victimes en 2015 nos concitoyens et bien d’autres citoyens de pays africains partenaires du Cirad qui ont vu leur vie et leur famille brisées par le hasard funeste du moment et du lieu.

Editorial

Encore et encore… une page de l’histoire de l’Ifac-Irfa-Flhor s’est définitivement tournée ce mois d’août avec la disparition du dernier des quatre premiers chefs de programme de ce collectif du Cirad autrefois dédié aux filières fruitières et horticoles tropicales. Si je tiens à rendre hommage à Claude Py, comme l’Adac a pu le faire dans le passé à ses trois autres homologues : Jean Champion (bananiers), Pierre-Jacques Cassin (agrumes), Jean-Claude Praloran (diversification fruitière), c’est pour deux raisons justifiant mon témoignage.

Editorial

Après un échec électoral ou avant une nouvelle échéance, il n’est pas rare d’entendre certains leaders politiques français parler de rassemblement voire d’ouverture. A l’Adac pour d’autres raisons plus nobles et désintéressées, nous avons souhaité ouvrir l’accès à notre association à nos collègues étrangers des pays du Sud, anciens membres de collectifs partenaires du Cirad. Cette année 2015 sera une année de rassemblement ciblée sur nos amis francophones d’Afrique et de Madagascar.

Editorial
Si l’année qui vient de s’achever a montré le maintien du dynamisme de l’Adac, entretenu par les membres actifs du bureau dont je tiens à souligner l’engagement, l’année qui commence ne doit pas sous-estimer la fragilité de l’amicale qui, face au vieillissement naturel de sa communauté d’adhérents, doit se renouveler par l’arrivée de nouveaux retraités mais aussi par l’innovation en termes de sujets de communication et d’activités plus diversifiées.

Editorial

Le Cirad a trente ans. La plupart d’entre vous étaient en activité dans les instituts et dans le Gerdat en juin 1984 et de fait ont vécu leur transfert effectif dans le Cirad le 1er janvier 1985.

De la longue période qui a précédé la parution du décret de création du Cirad, de la phase de dissolution des instituts au second semestre 1984, de la mise en ordre de marche de la nouvelle structure, je conserve des souvenirs précis.

Editorial
Si cette double lettre permet de rattraper notre retard dans sa parution régulière, elle montre d’une part notre souci permanent de vous informer au mieux et au plus près des évènements en complément décalé des informations flash diffusées sur notre site internet, d’autre part sa fragilité reposant sur la disponibilité de son responsable éditorial qui a eu à souffrir et surmonter quelques soucis sérieux de santé.

Editorial
En retraite, la plupart d’entre vous exercent encore des activités diverses pour leur plaisir ou pour l’entretien de leur santé physique et intellectuelle. Au-delà de ce constat général, l’exemple de Philippe Bruneau de Miré cité dans cette lettre est une invitation aux anciens du Cirad qui possèdent des talents ou des savoirs à les valoriser et les partager.

Editorial

Si les vacances d'été ne sont plus pour la plupart des anciens du Cirad un moment de rupture avec le quotidien de la vie professionnelle, elles représentent un nouvel espace temporel de rencontres et de partages avec vos enfants, petits-enfants et amis, notamment avec ceux en souffrance de santé pour qui le terme vacances est absent de leur vocabulaire.

Editorial

En 2003, une poignée d’actifs en fin de carrière, motivés par le souci de poursuivre une certaine pratique du vivre ensemble au Cirad et de continuer à en partager les valeurs et traditions, ont créé l’Amicale des anciens du Cirad (Adac).

Dix ans plus tard, tous ces pionniers fondateurs sont en retraite, certains nous ont malheureusement quitté mais leurs successeurs et membres actuels du bureau de l’Adac ont poursuivi, amplifié et diversifié leur généreuse et dévouée initiative appréciée des anciens, reconnue et soutenue par le Cirad.

lettre 21 Communiquer mieux et davantage tels sont les maitres-mots des vœux que je formule à l'attention des adhérents de l'Adac, et plus généralement aux anciens du Cirad.

Communiquer régulièrement entre anciens réduit la solitude qui menace avec l'âge et les soucis de santé. Une bonne fréquence des nouvelles et un accès direct à l'information permettent de coller à l'actualité évènementielle dont celle, triste, des départs prématurés de nos amis et collègues.

lettre 20Le moment où je rédige cet édito peut apparaitre fortuit avec le 2 novembre, jour de commémoration et de recueillement dédiés aux défunts. En fait, il s'agit d'une réflexion teintée d'hommage suite à la disparition cet été d'un collègue, encore en activité, de mon ancien département du Cirad, venue s'ajouter à celle de deux autres collègues du même département disparus brutalement les années précédentes. La similitude d'une longue phase de leurs parcours inachevés au Cirad a nourri mon interrogation.

Pour lire la suite, cliquez sur le lien la lettre n°20

lettre 19La séquence électorale présidentielle et parlementaire étant terminée, notre esprit, notre imagination et sans doute notre temps peuvent être davantage disponibles. Dans cet été qui s'installe avec hésitation, soyons disponibles pour nos proches, disponibles pour soulager celles et ceux de nos collègues anciens du Cirad victimes des épreuves de santé ou souffrant de solitude, disponibles aussi pour capitaliser et valoriser nos savoirs, notre expérience, nos épisodes de vie passée au Cirad.

Pour lire la suite, cliquez sur le lien la lettre n°19

lettre 18Si le mois de février a été climatiquement rude et éprouvant pour certains d'entre nous, il n'a pas engourdi la détermination et la volonté de l'Adac à satisfaire davantage vos attentes à l'égard de notre amicale.
Au-delà de mes vœux présentés précocement dans la lettre précédente et renouvelés aux participants à notre déjeuner de rentrée, je souhaite que cette année soit celle de l'innovation, de l'expansion de notre communauté par l'accueil de jeunes retraités et d'une plus grande mobilisation de nos adhérents en qualité de force de proposition et de participation à la vie de l'amicale.

Pour lire la suite, cliquez sur le lien la lettre n°18

lettre 17L'année 2011 s'estompe dans un climat de turbulences monétaires européennes sous-tendues par les crises cumulées des déficits budgétaires, de la dette publique, du déficit de la balance commerciale et de celui de la protection sociale auquel s'ajoute le récurrent chômage des jeunes et des moins jeunes... Toutes ces interrogations qui agitent et inquiètent notre société ne nous laissent pas indifférents ; elles génèrent des soucis pour nous-mêmes, pour nos enfants et petits-enfants. Ne nous enfermons pas dans la sinistrose résignée car notre histoire, notre sagesse, notre imagination, notre capacité à innover, notre rêve doivent nous permettre d'espérer un mieux vivre dans le futur. C'est le voeu que je formule pour les anciens du Cirad et pour notre amicale.

Pour lire la suite, cliquez sur le lien la lettre n°17

lettre 16La journée des anciens du Cirad organisée par l’Adac et le Cirad sur le campus de Lavalette à Montpellier le 22 sept 2011 sera très innovante par rapport à celles de 2008 et 2005. En effet, pour la première fois il nous est apparu judicieux et opportun de profiter de cet évènement pour favoriser la rencontre entre des anciens qui ont cessé leurs activités professionnelles au Cirad avec des jeunes récemment recrutés.
Cette tentative d’échanges entre générations peut contribuer à atteindre certains objectifs de l’Adac, en particulier le partage d’une même motivation : la recherche au service du développement des pays du Sud et de l’outre-mer français ; mais dans des contextes totalement différents.

Pour lire la suite, cliquez sur le lien la lettre n°16

lettre 15En qualité de nouveau président de notre amicale, j'adresse à tous les anciens du Cirad, et plus particulièrement aux adhérents et sympathisants de l'Adac, mes voeux les plus chaleureux de bonheur partagé. En cet instant, j'ai une pensée particulière pour celles et ceux qui sont en situation difficile liée à leur santé défaillante, à la perte récente d'un proche, à leur solitude...
Avec les membres du conseil d'administration, je souhaite pour 2011 que l'Adac, aussi modestes soient ses moyens, vous apporte un petit plus de convivialité et d'échanges qui rendent votre retraite plus agréable et plus enrichissante à vivre.

Pour lire la suite, cliquez sur le lien la lettre n°15