lettre 17L'année 2011 s'estompe dans un climat de turbulences monétaires européennes sous-tendues par les crises cumulées des déficits budgétaires, de la dette publique, du déficit de la balance commerciale et de celui de la protection sociale auquel s'ajoute le récurrent chômage des jeunes et des moins jeunes... Toutes ces interrogations qui agitent et inquiètent notre société ne nous laissent pas indifférents ; elles génèrent des soucis pour nous-mêmes, pour nos enfants et petits-enfants. Ne nous enfermons pas dans la sinistrose résignée car notre histoire, notre sagesse, notre imagination, notre capacité à innover, notre rêve doivent nous permettre d'espérer un mieux vivre dans le futur. C'est le voeu que je formule pour les anciens du Cirad et pour notre amicale.

Pour lire la suite, cliquez sur le lien la lettre n°17