C’est avec tristesse et émotion que nous venons d’apprendre le décès de notre collègue Jacques Nolin, à 56 ans, 18 décembre 2015, des suites d’une longue maladie contre laquelle il aura lutté avec courage et persévérance pendant de nombreuses années, avant de finalement rendre les armes.

Après des études universitaires effectuées à l’Université d’Aix-Marseille, Jacques a débuté sa carrière au Cirad en 1985, en tant que physiologiste. Il est affecté en Guadeloupe sur la station de Neufchâteau pour mener des recherches sur la qualité des bananes et plus particulièrement sur les fluctuations saisonnières de la qualité des fruits et le développement du système de prévision de récolte. Ses travaux poursuivent ceux mis en place par Jacky Ganry. Ils permettront la mise en oeuvre des enquêtes sur la qualité des fruits et contribueront au développement économique de la banane des Antilles. Ses compétences scientifiques, son professionnalisme et son sens des relations humaines le conduisent, en 1992, à la direction des services techniques du groupement des producteurs de banane de la Guadeloupe (Sica-Assobag), puis au poste de directeur général de ce groupement. De par ces fonctions, Jacques a fortement contribué au renforcement des relations entre les producteurs et le Cirad. Il a favorisé l’émergence de projets de R&D qui ont permis de conforter le dispositif de recherche de la station de Neufchâteau autour de la filière banane, un des tous premiers au niveau mondial. Les premiers symptômes de la maladie l’ont obligé à quitter la Guadeloupe en 1999. Il rejoint alors Montpellier où il intègre les services d’appui financier du département Cirad-Flhor en y occupant rapidement différents postes à responsabilité. En 2011, il devient chargé de mission auprès du directeur général délégué aux ressources et aux dispositifs. Toujours préoccupé par les « affaires bananes », il faisait régulièrement la tournée des collègues pour s’informer des nouveautés de la recherche qu’il avait dû quitter à regret. Il était resté également proche des professionnels et il aimait se tenir informé tout en donnant son avis sur les grands enjeux de cette filière, notamment aux Antilles, restées chères à son coeur. Doté d’un sens aigu des responsabilités, esprit cartésien et pragmatique, Jacques aura occupé différents postes au sein de notre institution avec beaucoup de professionnalisme et d’efficacité. D’un caractère jovial et enjoué, il a tissé dans chacun de ses postes des relations solides et amicales en marquant les esprits de ceux qui l’ont côtoyé. Luttant contre la maladie avec pudeur, il s’est acquitté sans faille des différentes fonctions qui lui avaient été confiées.