Nous avons appris le décès de notre collègue retraité Marc Borget le 14 novembre 2015, qui fut ingénieur en chef de l'Irat et directeur de recherches à l'Orstom (Ird).

Né en 1922, Marc Borget, diplômé de la Faculté des Sciences de Paris en chimie générale, botanique, physiologie générale et géologie, avait commencé sa carrière au début des années quarante à l'Institut de recherches sur le caoutchouc en Afrique (Irca), puis en Indochine comme chef de la division de phytopathologie de l'Institut de recherches sur le caoutchouc en Indochine (Irci). Sa carrière s'est poursuivie à travers plusieurs affectations en Afrique, notamment en Oubangui-Chari – devenue la République centrafricaine – entre 1949 et 1960, dans le cadre de son rattachement au sein des services scientifiques et techniques de l'agriculture de la France d'Outre-mer. Il a ensuite intégré l'Orstom en 1960, puis les services centraux de l'Irat, où il a occupé de multiples fonctions d'animation aux côtés de Francis Bour et de Guy Vallaeys, notamment comme chef du service des cultures fourragères et alimentation du bétail. Marc Borget a pris sa retraite en 1982, mais a continué pendant plusieurs années à publier et à effectuer des missions d'expertise et de conseils. Il a écrit de nombreux ouvrages scientifiques de référence sur le caféier, les légumineuses vivrières tropicales, les plantes aromatiques, ou les cultures maraîchères et fourragères. Figure marquante de l'agronomie tropicale, Marc Borget était un homme discret, rigoureux, aux compétences diversifiées et aux savoirs multiples.