Editorial

C’est la première lettre 2016 de l’Adac, aussi je formule tardivement mes meilleurs voeux à l’intention de notre amicale et de tous ses adhérents. Que cette année 2016 ne soit pas ternie à nouveau par des événements tragiques dont ont été victimes en 2015 nos concitoyens et bien d’autres citoyens de pays africains partenaires du Cirad qui ont vu leur vie et leur famille brisées par le hasard funeste du moment et du lieu.

Ce premier édito de l’année me donne l’opportunité de remercier les adhérents de l’Adac qui, lors de l’assemblée générale de fin janvier, ont donné quitus au conseil d’administration sortant et réélu les membres sortants qui se représentaient et un nouvel administrateur. Je remercie également ce nouveau conseil qui m’a confié la charge d’un nouveau mandat de président. L’assemblée générale du 26 janvier a été marquée par la présence de nouveaux adhérents bien connus en raison de leurs anciennes responsabilités au Cirad. Leur présence est un gage de l’intérêt que suscite l’Adac auprès d’anciens du Cirad épris d’histoire institutionnelle, de solidarité, de partage de valeurs, de curiosité renouvelée pour la science et le développement, la culture, les loisirs…
Le piratage de notre site internet et de notre courriel a troublé nombre d’entre vous .Cet incident fâcheux nous a mis dans l’obligation de changer notre adresse de messagerie électronique et de revisiter notre site en le rendant plus attractif, plus riche, plus convivial. Je saisis cette occasion pour faire appel à nos adhérents anciens partenaires africains et malgaches du Cirad pour s’exprimer librement sur notre site en nous faisant part de leurs vécus de chercheurs, de leurs commentaires sur leur parcours en partenariat ou de toute autre analyse et réflexions sur les problématiques de développement dans les pays du Sud.
Pour conclure, je souhaite bon vent au nouveau conseil d’administration.
Le président
Jean-Pierre Gaillard

Pour lire la suite, cliquez sur le lien la lettre N° 32