Editorial

Après un échec électoral ou avant une nouvelle échéance, il n’est pas rare d’entendre certains leaders politiques français parler de rassemblement voire d’ouverture. A l’Adac pour d’autres raisons plus nobles et désintéressées, nous avons souhaité ouvrir l’accès à notre association à nos collègues étrangers des pays du Sud, anciens membres de collectifs partenaires du Cirad. Cette année 2015 sera une année de rassemblement ciblée sur nos amis francophones d’Afrique et de Madagascar.

Cette décision trouve sa source dans les fondements et les objectifs de l’Adac, à savoir mémoriser et partager ce qui a fait la richesse et l’originalité de nos parcours professionnels en coopération puis en partenariat avec les pays du Sud. Nos expériences, nos vécus, nos souvenirs, nos relations sociales et culturelles ont le plus souvent été construites avec nos collègues étrangers. Soucieux de mettre en valeur et de partager ce patrimoine commun, nous avons modestement tenté de retrouver les coordonnées d’anciens chercheurs, développeurs, enseignants ayant œuvré dans leurs pays ou en France aux côtés d’homologues du Cirad. Nombreux sont ceux qui ont déjà réagi positivement à notre invitation. Ils sont les bienvenus. Ils pourront s’ils le souhaitent enrichir nos vecteurs de communication et poursuivre ainsi le partage des valeurs qui ont forgé nos parcours professionnels conjoints. Pour nous, cette intention de rassemblement et d’ouverture n’est pas une annonce de tribune mais bien une réalité que je souhaite durable et appréciée de tous nos adhérents.

Le président
Jean-Pierre Gaillard
Pour lire la suite, cliquez sur le lien la lettre N° 30